Fréquence Mistral

Chronique des nouveautés musicales : Adrien Chicot Quintet et son nouvel album Babyland


Mercredi 2 Février 2022 | Lu 241 fois

sur le label Gaya music production


2022_02_01_la_chronique_by_james_adrien_chicot_qtet.mp3 2022-02-01-La Chronique By James Adrien Chicot Qtet.mp3  (23.44 Mo)

Dans cette chronique musicale, nous vous vous proposons de découvrir la musique d'adrien Chicot rencontré lors de son concert à l'osons jazz club de Lurs dans le 04. Quelques extraits ponctués de commentaires et d'une entrevue avec l'artiste lors de notre rencontre nous offrent un très bon moment à écouter et réécouter...
(Réalisation : James Fontaine)

BABYLAND
Après trois albums unanimement plébiscités par la presse et le public, Adrien Chicot met un instant entre parenthèse l’engagement qu’on lui connaissait au « piano trio » pour dévoiler un nouvel opus dans lequel il explore la formule du quintet.
Habitué de cette formation dans ses différentes collaborations en tant que sideman, le pianiste met cette fois ses irremplaçables talents de mélodiste et rythmicien au service d’une écriture pensée pour les cuivres.
Afin d’élargir l’éventail sonore des différentes pièces de l’album il fait appel au trompettiste Julien Alour, complice amical et musical de toujours, et à Ricardo Izquierdo, saxophoniste cubain, dont les quelques notes entendues au détour de jams et de concerts ont suffi à convaincre le compositeur de l’inviter dans l’aventure de Babyland.
L’instinct musical notoire d’Adrien Chicot ne se sera pas trompé avec ce casting sur mesure en mêlant la musicalité insatiable du batteur Antoine Paganotti à l’inestimable rondeur du bois de Sylvain Romano, à la contrebasse.
Sur les huit compositions originales de l’album, de multiples atmosphères se succèdent… La nostalgie d’un souvenir d’enfance introduite par des voix de flûte et de Fender Rhodes sur une tourne de contrebasse et un hypnotique rimshot : c’est Cala Carbo… La transcendance de l’espace musical dans ses frénésies, comme dans ses apesanteurs et rêveries sur Birth, qui convie percussions africaines et comptine japonaise… La grâce d’un instant suspendu dans la mélodie de Sunlight… L’élasticité de la voix du trio harmonique sur Low Latency…
Tous ces moments sont marqués par le jeu vif et tendre du pianiste compositeur, empreint ici d’une espièglerie lumineuse. Les musiciens qui dansent ensemble autour des thèmes donnent corps, souple et ferme, à chaque titre de l’album.
Avec Babyland, Adrien Chicot, véritable électron libre de la scène jazz française, émancipe toujours plus sa créativité singulière et anarchique au service de son sentiment musical, confirmant sa place de compositeur majeur sur lequel l’on doit désormais compter.

le compositeur :

Chronique des nouveautés musicales : Adrien Chicot Quintet et son nouvel album Babyland

ADRIEN CHICOT

Né à Paris en 1977, Adrien Chicot apprend en autodidacte le piano dès l’enfance. Sa constance et sa curiosité envers l’instrument l’emmènent très tôt à la découverte du jazz, pour lequel il se découvre une passion.

Il intègre l’IACP, école dont les frères Belmondo ont la direction, et qui verra rapidement éclore une nouvelle génération de grands musiciens, engagés à vivre le jazz jusqu’à la lie (Jeanne Added, Samy Thiebault, Sophie Alour, Géraldine Laurent, pour n’en citer que peu…)
Adrien Chicot s’impose dès lors sur la jeune scène du jazz français, devenant le reflet sûr d’une musique empreinte des influences les plus classiques mais toujours attentive et concernée par la maîtrise aiguisée du jazz actuel.
Sa musique, très instinctive, marquée d’une architecture sensible, engage jusqu’alors son rôle dans la rythmique de plusieurs formations, auxquelles participent ses poésies harmoniques (Samy Thiebault quartet, Julien Alour quintet, Jean Philippe Scali sextet etc.)
Il se produit dans les prestigieux festivals de Marciac, de Vienne, de Ramatuelle, de Sète etc. mais aussi dans les clubs les plus réputés de France, d’Europe et de New York, sans négliger plusieurs tournées en Amérique latine, en Afrique et en Asie… A ces occasions il a partagé la scène et le studio, avec Lionel et Stéphane Belmondo, Avishai Cohen, Olivier Temime, Simon Goubert, Seamus Blake, Sophie Alour, et bien d’autres pionniers du jazz.
Fort de ses années de pratique, il compose en 2014 son premier album, All In, qu’il enregistre en trio avec Sylvain Romano et Jean-Pierre Arnaud.
Playing in the Dark, deuxième album en trio, sort en 2017.
Toujours très inspiré, son 3ème opus, City Walk, ne se fait pas attendre puisqu’on le trouve dans les bacs dès 2018.

Son interprétation unique d’un héritage inlassable est, à chaque fois, commentée par une presse enchantée et unanime.
Cette année 2020 qui le prive, comme tant d’autres artistes, de concerts et de tournées, lui permet aussi de se consacrer exclusivement à la composition.
Il conçoit la musique de Babyland en y intégrant des parties pour les cuivres. C’est ainsi que début 2021 il enregistre ce premier album en quintet.



Fréquence Mistral Manosque




Recherchez un reportage ou une émission


Les émissions spéciales sur Fréquence Mistral Manosque


Les derniers reportages à Manosque

Mawdda, notre stagiaire présente le rappeur égyptien Mekky

02/12/2022 - Fréquence Mistral Manosque

Mathieu, notre stagiaire raconte son projet de court-métrage

02/12/2022 - Fréquence Mistral Manosque

L’Europe, si près… si loin !

26/11/2022 - Fréquence Mistral Manosque

Manosque a accueilli un forum pour la rénovation énergétique

26/11/2022 - Fréquence Mistral Manosque

Il faut savoir mémoire(s) garder

19/11/2022 - Fréquence Mistral Manosque





Facebook