Fréquence Mistral

Delâshena vers la nouvelle musique traditionnelle d’iran


Mercredi 24 Avril 2019 | Lu 152 fois


2019_04_24___gap___shadi_fhati_bijan_chemirani__sandrine_pauget_.mp3 2019.04.24 - Gap - Shadi Fhati Bijan Chemirani (Sandrine Pauget).mp3  (3 Mo)

Les cultures musicales prennent parfois un éclat inconnu loin de leur source nourricière. La rencontre à Marseille en 2016 entre Shadi Fathi et Bijan Chemirani relève de ce genre d’étincelle précieuse, d’une mise en dialogue fertile sur les cimes de la musique persane. Née à Téhéran, Shadi Fathi s’est formée auprès de Dariush Talaï, grand maître de la musique savante persane, avant de s’imposer en soliste d’exception par sa virtuosité au setâr et au shourangiz, des instruments traditionnels à cordes. Bijan Chemirani est lui une référence du zarb, une percussion ancestrale iranienne, aux côtés de son père Djamchid et son frère Keyvan mais aussi au fil de multiples projets divers depuis la France. Delâshena, c’est le croisement des compositions de deux artistes aux parcours très différents, une hybridation qui prend source dans la musique classique persane mais qui suit son propre cours pour irriguer des terres inexplorées. Ce flot de mélodies ineffables et de rythmes virevoltants s’impose comme une évidence par une complicité entre les deux musiciens qui ne peut s’inventer et les dépasse.
Comme une connivence indépendante d’eux-mêmes. Un héritage invisible mais vivant. Partez à leur rencontre dès ce jeudi 25 avril jusqu’à dimanche inclus dans les montagnes et villages à proximité de Gap. Pour en savoir plus sur ce week-end musical de Chaillol, Sandrine Pauget répond aux questions de Vince





Recherchez un reportage ou une émission









Facebook