Fréquence Mistral

Crash de l’A320 une cicatrice indélébile pour le 04


Jeudi 26 Mars 2015 | Lu 1308 fois


Informations du 27 mars 2015 : Andreas Lubitz, le copilote aurait traversé une grave dépression

Alors qu’hier le procureur de la République de Marseille révélait que le copilote, seul dans le cockpit, n’aurait pas ouvert au commandant de bord et actionné, semble-t-il volontairement la perte d’altitude, l’enquête se poursuit sur le copilote Andreas Lubitz.

Un copilote qui a été suivi pour une dépression nerveuse
Agé de 28 ans, le copilote qui serait à l'origine du crash de l'A320, aurait traversé en 2009 un épisode dépressif lourd, selon le journal  allemand "Bild". Le quotidien a pu consulter des documents officiels de l'Autorité allemande de supervision du transport aérien. Le copilote aurait suivi un traitement psychiatrique pour une grave dépression il y a six ans. Le journal décrit des états de "dépression" et de "crises d'angoisse". Depuis, toujours selon le quotidien allemand, il prenait toujours un traitement médical. Il avait interrompu pendant environ 6 mois sa formation de pilote entamée en 2008, avant de la valider ensuite. Il avait commencé à piloter des Airbus depuis 2013.

L’enquête en Allemagne
La police allemande assure avoir saisi des indices à l'un des domiciles du copilote Andreas Lubitz. « Lors de la perquisition de l'appartement du copilote, on a saisi des indices. Il s'agit de divers objets et papiers », explique un porte-parole de la police de Düsseldorf, Marcel Fiebig.  Les enquêteurs ont notamment emporté l'unité centrale d'un ordinateur, ainsi que deux grands sacs bleus et un carton visiblement pleins. La police allemande aurait ainsi retrouvé un document déchiré attestant qu'il était en arrêt maladie le jour de l'accident, mais il l'a caché à son employeur, vient  d'annoncer le parquet fédéral allemand. Pour l'heure, aucune lettre ou message relatifs à un suicide n'ont été retrouvés au moment de la perquisition et aucun éléments non plus  qui pourrait donner une explication religieuse au geste du copilote.

« Le fait que des certificats d'incapacité de travail, parmi d'autres choses, qui ont été déchirés, qui étaient récents et même datés pour le jour des faits appuient l'hypothèse qu'il a caché sa maladie à son employeur et à ses collègues de travail », ont déclaré les procureurs de Düsseldorf, qui ne précisent pas la nature de sa pathologie.

Plainte d’un syndicat de pilote et familles en colère
Le Syndicat national des pilotes de ligne porte plainte contre X pour les fuites de l'enquête du BEA à l'origine des révélations du New York Times, jeudi.« Nous sommes particulièrement choqués de la situation qui a consisté à ce que le Bureau d'enquête analyse fasse une conférence de presse à 17 heures en disant nous n'avons rien à vous dire. Alors que quelques heures plus tard, le "New York Times" de l'autre côté de l'Atlantique donne des informations extrêmement détaillées qui ont été confirmées par le procureur de la République. Contrairement à tous les engagements de confidentialité qui pèsent sur les gens qui font partie de l'enquête, il y a eu des fuites », assure Eric Derivry, le porte-parole du Syndicat national des pilotes de ligne, sur RMC et BFMTV. Du côté de certaines familles de victime, la colère se fait sentir. Ce matin Claude Driessens, le frère d’une des victime s’interrogeait sur RTL :  « Je ne comprends pas comment une société sérieuse peut laisser un homme dépressif piloter l'avion. Car il était dépressif le garçon, il faut dire ce qui est (…) Sur ce point j'en veux à la société de ne pas avoir instauré dans leur règlement intérieur le fait qu'il doit toujours y avoir deux personnes dans le cockpit. Je tombe à la renverse. Ce n'est pas normal de laisser quelqu'un aux commandes tout seul, et qui bloque les portes, je suis très fâché. »
Pour le moment, certaines compagnies ont pris comme mesure de mettre une personne de l’équipage dans le cockpit lorsque le copilote ou le pilote va au toilette. Mais cela reste marginal pour l’instant.

Sur place, cérémonies religieuses et recueillement
Aujourd’hui l’heure sera au recueillement avec plusieurs cérémonie religieuses. A Digne ce matin, une messe a été célébrée. Puis dans l’après midi une cérémonie avec la présence de plusieurs représentants toutes confessions religieuses confondues. A écouter le témoignage de Monseigneur Nault, évêque du diocèse de Digne sur notre site. La mobilisation et la solidarité restent de mise au Vernet, à Seyne les Alpes, à Digne et dans tous les lieux proches du drame. Le travail des secouristes, médecins légistes, gendarmes continue pour évacuer les corps, collecter les éléments d'identification des victimes mais aussi des débris de l'appareil nécessaires à l'enquête, dans des conditions de haute montagne particulièrement périlleuses.

Camille Garcia avec AFP

APPEL A LA SOLIDARITE
L'UDAF04,
(Union Départementale des Associations Familiales) lance un appel de solidarité à toutes les familles du département et concitoyens des Alpes de Haute Provence. A toux ceux en capacité d'offrir le couchage, l'accueil aux personnes et familles endeuillées par la catastrophe aérienne du 24 mars 2015. Faites nous parvenir vos coordonnées, capacités de couchage et disponibilités actuelles et à venir (maintenant, pour les jours à venir, pour l'été prochain...), maîtrise d'une langue étrangère (anglais, allemand, espagnol...), le tout par retour de mail à cjmaget@udaf04.unaf.fr ou chusson@udaf04.unaf.fr Nous nous chargerons de transmettre les informations aux autorités compétentes.





 
 

Informations du 26 mars 2015

Une photo de Andreas Lubitz, sur son compte Twitter
Une photo de Andreas Lubitz, sur son compte Twitter
La boîte noire a parlé 
Le procureur de la République de Marseille, Brice Robin a tenu une conférence de presse ce midi. D’après les enregistrements audio de la boîte noire, il apparaît que : « le copilote, par une abstention volontaire, a refusé d'ouvrir la porte de la cabine de pilotage au commandant de bord et a actionné le bouton commandant la perte d'altitude ». Autant d'éléments qui, selon le procureur de Marseille, s'apparentent « à une volonté de détruire l'avion ».

De son côté, le commandant de bord, qui s'était absenté pour « vraisemblablement satisfaire un besoin naturel », a essayé, en vain, de rentrer dans le cockpit. Toujours selon les analyses audio, le copilote est resté muet durant sa manœuvre, mais « a continué à respirer normalement » jusqu'à l'impact. Des informations qui permettent d'écarter la thèse du malaise. Juste avant l’impact final, on entend des coups portés violemment comme pour enfoncer la porte”, explique le procureur. Aucun message de détresse n’a, par ailleurs, été reçu par les contrôleurs aériens.

Aux questions des journalistes, le procureur de Marseille  a affirmé que le copilote n’est « pas répertorié comme terroriste ». Andreas Lubitz, 28 ans, était originaire de la région de Düsseldorf, en Allemagne. Et la Lufthansa a précisé jeudi que le copilote de l'Airbus avait été engagé en septembre 2013 par la compagnie aérienne et comptait 630 heures de vol. Il était moins expérimenté que le commandant de bord qui, lui, avait 10 ans d'expérience.
S'il y a bien eu une volonté de détruire l'avion, le procureur ajoute toutefois que les enquêteurs ignorent les raisons de cet acte. Il  réfléchit, par ailleurs, « à une requalification de l'enquête ». Ouverte dans un premier temps pour « homicides involontaires », l'enquête pourrait donc être requalifiée pour « homicides volontaires ».

Seyne, le Vernet et Digne mobilisés pour l’accueil des familles
Deux avions acheminant des proches des victimes du crash ont atterri jeudi à l'aéroport de Marignane, près de Marseille, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur. D’autres ont préféré arriver par la route. Des centaines de personnes famille seront accueillies dans les chapelles ardentes dressées à Seyne-les-Alpes et Le Vernet. Au moins deux grandes tentes en plastique blanc, totalement opaques et closes, étaient dressées jeudi matin devant la chapelle ardente de Seynes-les-Alpes.

Joints par Fréquence Mistral, les services de la Préfecture indiquent que des centres d’hébergements ont aussi été mis en place au Palais des congrès Gérard-Gastinel et dans la Hall des Sports Jean Rolland. Des lieux aménagés par la Croix Rouge qui a installé des lits de camp pour accueillir les parents des victimes.  Des hébergements sont aussi prévus dans des centres de vacances à Seyne, au Vernet et à Montclar. Tous les villages proches de la tragédie se sont mobilisés pour aider les familles ;  des propriétaires de résidence secondaires appellent même pour proposent leur logement. Même mobilisation remarquable du côté des préfectures, mairies, habitants, secouristes. Cette catastrophe sera quoiqu’il en soit une cicatrice indélébile pour le 04 même si elle n'a touché aucun bas-alpin.

Camille Garcia
 
 

Informations du 26 mars 2015

Hier, les Alpes-de Haute Provence ont accueilli trois chefs d’Etat européens, François Hollande, Angela Merkel et Mariano Rajoy. Ils se sont rendus au Vernet, la localité la plus proche du site. Une  grande tente orange avait été dressée dans un champ pour abriter la cérémonie de recueillement dans l'après-midi. Les familles des victimes de l'accident de l'Airbus A320 de Germanwings sont attendues aujourd’hui, jeudi 26 mars. Deux appareils partiront de Düsseldorf et Barcelone pour Marseille afin de permettre aux proches des disparus de se rendre à proximité des lieux de la catastrophe, a annoncé le patron de la Lufthansa. De là, ils rejoindront par la route la région de Digne-les-Bains, avant de rejoindre à  quelques dizaines de kilomètres de là Seyne-les-Alpes et le Vernet,  les plus proches des lieux du drame. Deux autocars en provenance d'Espagne étaient en outre attendus la nuit dernière de mercredi à jeudi à Digne, où un dispositif d'accueil a été mis en place. Joints par Fréquence Mistral, les services de la Préfecture indiquent que des centres d’hébergements ont été mis en place au Palais des congrès Gérard-Gastinel et dans la Hall des Sports Jean Rolland. Des lieux aménagés par la Croix Rouge qui a installé des lits de camp pour accueillir les parents des victimes.  Des hébergements sont aussi prévus dans des centres de vacances à Seyne, au Vernet et à Montclar.  Patricia Willaert ,Préfet des Alpes de Haute-Provence était sur place, ainsi que Christophe Castaner, comme député des Alpes de Hautes Provence. Germanwings et sa maison mère Lufthansa ont pris contact avec 123 familles de victimes  et pour 27 personnes elles cherchent toujours à établir un contact avec l'aide du ministère allemand des Affaires étrangères. Des cellules d'urgence médico-psychologique ont été installées, principalement pour accueillir les proches des 150 défunts.  

Révélations du New-York Times : un des pilotes absent du cockpit

Ce matin après l’analyse de la première boîte noire retrouvée enregistrant les sons dans le cockpit, le journal américain le New York Times révèle qu’un des deux pilotes aurait tenté de regagner son fauteuil, mais la porte serait restée close. "Au début du vol, on entend l'équipage parler normalement, puis on entend le bruit d'un des sièges qui recule, une porte qui s'ouvre et se referme, des bruits indiquant qu'on retape à la porte et il n'y a plus de conversation à ce moment-là jusqu'au crash", a indiqué une source proche de l’enquête au New York Times. Il n'était pas en mesure de dire si c'était le commandant de bord ou le copilote qui a quitté la cabine de pilotage. Ces informations proviennent de l'audition par les enquêteurs de la boîte noire enregistrant les sons dans le cockpit.Une révélation qui relance toutes les hypothèses. En attendant de savoir avec certitude les circonstances du drame, il faut souligner la mobilisation de tous, préfecture, mairies, habitants, secouristes dans cette catastrophe sera une cicatrice indélébile pour le 04 même si elle n'a touché aucun bas-alpin.
 
Camille Garcia

Photo : Fabrice Trouvé
 

Informations du 24 mars 2015

Un terrible accident d’avion s’est produit dans la matinée entre Digne et Barcelonnette.  Nos confrères de RFI en ont parlé ce midi. Cet Airbus A320  de la compagnie Germanwings, une filiale low-cost de Lufthansa  effectuait la liaison entre Barcelone et Dusseldorf. A bord, 144 passagers et 6 membres d’équipage. Selon le président François Hollande, il n’y aurait aucun survivant parmi les 150 passagers. Le lieu exact n’a pas encore été communiqué officiellement, on sait seulement que l’appareil s’est crashé dans le massif des Trois Evêchés, vers 10h40 à une attitude de 2 700 m. Le pilote aurait lancé un message de détresse vers 10h47 à la tour de Marseille Contrôle et demandé, dans le même temps une descente d'urgence. Joint par Fréquence Mistral, le capitaine Benoît Zeisser commandant le Centre d'Opérations et de Renseignement de la Gendarmerie (C.O.R.G.) des Alpes de Haute-Provence a indiqué : « il n’y a pas de survivants, c’est en tout cas ce vers quoi on semble se diriger, même si c’est à confirmer. ». Des gendarmes de groupement sont sur les lieux du crash  « dans un secteur difficile d’accès, sur le massif de l’Estrop » a-t-il ajouté. 

Plus tôt dans la matinée, le député des Alpes-de-Haute-Provence Christophe Castaner avait précisé sur I-Télé : « Il n'y a aucune habitation dans la zone du crash. ».
A Digne, la maire Patricia Granet a assuré sur BFM TV que toute la ville était mobilisée. Le plan blanc a été activé à l’hôpital. Elle a indiqué que « des cellules de crise et d’accompagnement psychologique étaient mises en place ». Elle a également évoqué le lieu du crash et parlé de Prads-Haute-Bléone.

Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve est en train de se rendre sur place. Il est accompagné de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal et du secrétaire d'Etat aux transports Alain Vidalies. Le député des Alpes-de-Haute-Provence Christophe Castaner se rendra sur place aux côté de Bernard Cazeneuve.  Pour l’heure on ne connait pas encore les circonstances du drame.  L’avion était en fin de vie pour les vols commerciaux. Son premier vol s'est effectué le 29 novembre 1990 et son premier vol commercial, le 6 février 1991. La moyenne d'âge d'un avion commercial civil est de 25 ans. Il s’agit maintenant de connaître les circonstances de la tragédie et de rapatrier les dépouilles des victimes. En majorité des allemands et des espagnols. Pour l’heure, aucun français ne serait touché par la catastrophe. C'est la pire catastrophe aérienne en France depuis le Concorde en 2000.

Camille Garcia

Informations du 25 mars 2015 à 13h30

Crash de l’A320 une cicatrice indélébile pour le 04
Ce mercredi 25 mars à 13 heures 30, le point sur la situation après le crash de l’A320 de la compagnie allemande Germanwings :
Les victimes :
Les nationalités se précisent. Selon la compagnie aérienne, au moins 72 passagers allemands se trouvaient à bord de l'avion et 35 citoyens espagnols. Du côté de Madrid le chiffre de 49 avait été évoqué plus tôt dans la matinée.
Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius a indiqué sur BFM Tv : « les nationalités qui sont avérées, les principales ce sont l'Allemagne et l'Espagne. Mais selon des renseignements qui m'ont été donnés, il y a des nationalités confirmées qui sont aussi l'Argentine, l'Australie, la Belgique, la Colombie, le Danemark, la Grande-Bretagne, Israël, le Japon, le Maroc, le Mexique et les Pays-Bas ».
A Digne les bains :
Le Palais des congrès Gérard-Gastinel a été aménagé par la Croix rouges qui a installé des lits de camp pour accueillir les parents des victimes. Germanwings et sa maison mère Lufthansa ont pris contact avec 123 familles de victimes  et pour 27 personnes elles cherchent toujours à établir un contact avec l'aide du ministère allemand des Affaires étrangères. Des cellules d'urgence médico-psychologique ont été installées, principalement pour accueillir les proches des 150 défunts.
Au Vernet
Dans la localité la plus proche du site, une grande tente orange a été dressée dans un champ, prête à abriter une cérémonie de recueillement dans l'après-midi avec la présence de François Hollande, Angela Merkel et Marianno Rajoy.
A la Seyne les Alpes :
Cette commune est devenue le quartier général des équipes de secours et des enquêteurs. Plus de 300 gendarmes, une centaine de sapeurs-pompiers, 70 chasseurs alpins venus de Gap, ainsi qu'une dizaine de médecins-légistes, sont mobilisés mercredi pour les opérations de recherche et d'enquête. Outre l'hélitreuillage des restes des victimes, les équipes devront tenter de localiser la deuxième boîte noire de l'appareil. À Digne-les-Bains et Seyne-les-Alpes (Alpes-de-Haute-Provence).Une chapelle ardente a également été installée à la Seyne.
La 1ere boîte noire
Elle a été retrouvée hier sur le site du crash et est «en cours d'exploitation» mercredi matin, a déclaré le procureur de Marseille, qui a ajouté «espérer les premiers résultats en fin d'après-midi». Le gouvernement communiquera dans l'après-midi sur l'analyse de cette boîte noire, qui a enregistré tous les sons et conversations du cockpit. 

Informations importantes :
La préfecture des Alpes-de-Haute-Provence a mis en place des numéros de téléphone dédiés à l’information de toute personne sur les capacités d’hébergement à Digne-les-Bains, Seyne-les-Alpes, et dans les communes environnantes. Appelez le :
 
04 92 36 72 33
04 92 36 77 90
04 92 36 73 56

 
Camille Garcia

 
flash_info_crash_d__avion.mp3 Flash info crash d'avion.mp3  (1.69 Mo)


Informations du 25 mars 2015 à 10h00

RFI en a parlé sur notre antenne ce matin et y reviendra à midi. Mais d’ores et déjà on sait que cette nuit les premières familles des victimes du crash sont arrivées à Digne. 45 étaient de nationalité espagnole et 67 de nationalité allemande. Elles ont été accueillies par le personnel de la préfecture qui doit les acheminer aujourd'hui par bus à Seyne-les-Alpes, la commune la plus proche du lieu du crash transformée en quartier général des équipes de secours et des enquêteurs. Une chapelle ardente a été dressée, au premier étage de la Maison des jeunes, Des logements ont été réquisitionnés dans toute la région pour les héberger et les habitants ont spontanément mis à disposition la moindre chambre disponible. Vers 8 heures ce matin, les hélicoptères ont repris leurs recherches, des recherches rendues difficiles car il s’agit d’une zone de haute montagne accidentée et encaissé, située entre 1 600 et 2 500 mètres d'altitude et étendue sur plusieurs hectares. Pour le moment c’est par hélitreuillage que se font les recherches des corps des victimes. Une boite noire de l’appareil a été retrouvée, ". L'hypothèse terroriste n'est pas privilégiée", affirme Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur. François Hollande, Angela Merkel et l'espagnol Rajoy sont attendus vers 14 heures à la chapelle ardente.
 



Fréquence Mistral Manosque




Recherchez un reportage ou une émission


Les émissions spéciales sur Fréquence Mistral Manosque


Les derniers reportages à Manosque

Passage de relais à l’UDE 04

16/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque

Volx s’abandonne aux oiseaux et aux contes ce samedi

16/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque

Michel Ivonio est notre invité…

15/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque

Pôle Emploi a conduit l’opération 100% Emploi

15/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque

Patricia Bouchet expose "ses" mains

12/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque

La domination masculine sur scène à Forcalquier

11/10/2018 - Fréquence Mistral Manosque





Facebook