Fréquence Mistral

Louai a photographié sa ville Alep, cité-martyre de Syrie


Vendredi 15 Décembre 2017 | Lu 1183 fois



écouter :

e610e.mp3 Louai Barakat  (8.81 Mo)


Jeune photographe free lance, Louai Barakat est aujourd’hui demandeur d’asile hébergé avec sa famille au CADA de Manosque. Il a quitté la Syrie après avoir vécu la guerre, l’occupation de sa ville par Daech, le siège d’Alep, ses privations et ses bombardements meurtriers. Mais dans ce chaos, il a voulu vivre debout, ses appareils à la main pour témoigner, plus tard, plus loin, de ce quotidien difficilement imaginable. Depuis 6 ans c’est la guerre civile en Syrie, durement réprimée par un régime sanguinaire et aveugle soutenu notamment par la Russie, avec aussi l’émergence de l’Etat Islamique puis Daech et son occupation par la force et la terreur d’un vaste territoire, une coalition internationale dépassée par la violence et la complexité du conflit et au milieu, à Alep, une population syrienne, affamée, bombardée, terrorisée, décimée.
C’est cette population au centre de l’apocalypse dont témoigne aujourd’hui Louai Barakat. Plusieurs fois emprisonné, autant de fois torturé, il a subsisté comme ses concitoyens d’Alep au jour le jour, et s’il a survécu à l’enfer, aujourd’hui il témoigne avec ses clichés de cette folie humaine qui a mis à terre Alep, la capitale économique du pays comptant près de 3 millions d’habitants. La faim, les ruines, la mort à chaque coin de rue à cause des snipers, la loi islamique, les prisons, les bombardements, le sang et les larmes qui coulent pour tous hommes, combattants ou non, femmes et enfants. C’est après un bombardement au chlore qui a blessé son fils que Louai a pris la décision de  quitter Alep et de risquer sa vie et celle des siens dans la clandestinité. Dans ses maigres bagages, son appareil photo et un disque dur avec des centaines de clichés et des films de ce que fut la vie quotidienne ces dernières années à Alep.
Je vous propose d’écouter le témoignage poignant de Louai Barakat, photographe professionnel syrien de 23 ans en remerciant pour leur aide Solenn, Redouane et James. Je vous précise aussi que grâce au soutien technique sans faille de nos amis des Nuits Photographiques de Pierrevert, nous exposons les photos de Louai dans nos studios pendant cette période particulière de Noël pour ne pas oublier le peuple syrien qui souffre. L’exposition restera accrochée jusqu’à la fin janvier 2018. Tous nos auditeurs sont invités à la visiter durant cette période.



Fréquence Mistral Manosque




Recherchez un reportage ou une émission




Les derniers reportages à Manosque

Trois signatures pour une charte à Vinon

23/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Deux présidents sur les Boucles !

22/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Le duoday d’une députée et de trois citoyens

22/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Le nouveau lycée présenté aux lycéens de Félix Esclangon

20/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Les belles actions des ailes du sourire à Vinon-sur-Verdon

20/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

L’œil et la main de Marina Haccoun-Levikoff entre ciel et eau

16/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Dans quelques jours... la Fête du livre jeunesse !

16/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque

Des jeunes volontaires veulent faire bouger leur territoire

16/05/2019 - Fréquence Mistral Manosque





Facebook